Quoi de neuf ?

Recommandations pour les lésés médullaires face au COVID-19

Voici quelques précieuses recommandations spécifiques à la population lésée médullaire suisse éditée par Swiss Society of Paraplegiology (SSoP) […]

lire la suite

Reportage Radio Télévision Suisse

Magnifique reportage sur la @radiotelevisionsuisse et @rtsinfo ! Il décrit à la perfection ce qui est réalisé au centre […]

lire la suite

Le centre

  • #lésionmédullaire
  • #move4sci
  • #activitéphysiqueadaptée

Que se passe-t-il lorsque que l’hosptialisation et la réhabilitation en clinique touche à son terme ? C’est précisément à ce moment crucial que le Swiss Recovery Center entre en jeu.

En Suisse, chaque année, 250 nouveaux cas de personnes paralysées sont recensés*. Après une lésion de la moelle épinière, le séjour en clinique spécialisée pour une réhabilitation constitue une suite normale et nécessaire pour s’habituer à cette nouvelle condition de vie. Le programme de rééducation dure de 3 à 12 mois permettant d’apprendre à vivre de manière plus autonome en chaise roulante en se concentrant sur la récupération musculaire des membres non paralysés.

Cette phase terminée, le patient peut reprendre le cours de sa vie à la maison ou dans un lieu de vie adapté. Être atteint de lésion médullaire signifie être assis en fauteuil roulant jusqu’à 16 heures par jour avec une mobilité extrêmement restreinte. L’immobilité presque permanente vient diminuer la capacité physique restante et accentue les complications secondaires de la lésion (infections urinaires, escarres, problèmes d’organes, problèmes circulatoires, etc.).

Actuellement, peu d’offres existent pour combler ce besoin de mobilité. Ainsi, c’est après les programmes de rééducation que le centre Swiss Recovery Center propose un Suivi Post-Réhabilitation À Long Terme (SPRALT) afin d’offrir une quantité suffisante d’activité physique et favoriser l’autonomie au quotidien.

*Jordan, X. (2018). La réadaptation en paraplégie ­encourage le retour à la vie active. Bulletin de médecins suisses, 99(40), 1354-1356.

SPRALT ?

La méthode SPRALT (Suivi Post-Réhabilitation À Long Terme) concerne la remise en activité de l’ensemble du corps, y compris les membres paralysés, en s'appuyant sur 3 principes d'entrainement :

  • le retour d'appui sur la structure squelettique
  • l'activation du système nerveux
  • l'entrainement hors de la chaise roulante

Elle a pour objectif d’assurer un minimum d’activité corporelle et de diminuer les complications liées à la lésion en stimulant les différentes fonctions de l’organisme. L’inactivité physique et les complications de santé sont accentuées par la position assise quotidienne dans la chaise roulante. Afin d’améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de lésion de la moelle épinière, les récentes recommandations* ont montré la nécessité de multiplier les entraînements hebdomadaires sur le long terme.

*Selon les récentes recommandations en 2017 de l’ESSA (Exercise & Sports Science Australia) spécifiques aux personnes lésées médullaires, un minimum d’activité physique de 2 fois 20 minutes par semaine doit être atteint pour sortir de la sédentarité profonde. Mais pour être en bonne santé, il faut viser au moins 5 fois 30 minutes réparties dans la semaine. Une recommandation selon le niveau d’activité des participants (débutant, intermédiaire, avancé) peut être établie en partant du principe que les débutants (sans aucune activité corporelle à côté des entraînements) doivent arriver au minimum de 150 minutes/semaine.

Diminution

  • Complications de santé liées à la lésion
  • Médication
  • Risques d'escarres
  • Douleurs
  • Isolation sociale
  • Coûts de la santé

Amélioration

  • Sensibilité et motricité
  • Activité du système nerveux central
  • Autonomie au quotidien
  • Force et masse musculaire
  • Densité osseuse
  • Système cardio-respiratoire
  • Qualité de vie
Présentation

C’est quoi ?

  • Des entraînements adaptés aux besoins de chaque participant
  • Encadrement de l'entraînement et de la sécurité du participant par des entraîneurs qualifiés
  • 3 heures consécutives au maximum (comprenant le temps d’installation, les récupérations et les discussions)
  • Du lundi au vendredi
  • Possibilité d’adapter la durée et la fréquence des entraînements
  • Des conseils personnalisés en activités physiques à mettre en place par les participants dans leur quotidien

C’est où ?

  • Dans un local adapté de 100m2
  • Route de Chavalon 78C, 1844 Villeneuve (VD)

Qui participe ?

  • Des personnes atteintes d'une lésion de la moelle épinière

Avec qui?

  • Des professionnel(le)s en Activités Physiques Adaptées (APA), diplômés d'un Master obtenu à l'Université de Lausanne
  • Stage spécifique sur les lésions neurologiques
  • Formations continues dans le domaine des lésions médullaires

Avec quoi ?

Tout le matériel nécessaire pour des entraînements spécifiques aux blessé(e)s médullaires :
Tables de travail – Standing - Couloirs de marche – Déambulateurs - Barres parallèles – Giger - StandUp &GoTryke (GBY*) - divers matériels - etc.

Comment participer :

La fondation

  • #fondationSRC
  • #donationSRC

Aujourd’hui, la Fondation Swiss Recovery Center se trouve dans une position délicate. L’activité du centre de Villeneuve ne survit que grâce aux dons et son avenir n’est, à l’heure actuelle, plus assuré !

L’enjeu est de trouver des fonds qui pourront nous permettre de poursuivre nos activités. C’est pourquoi, nous avons besoin de votre soutien !

Missions

Afin de mener son projet à bien, Yves Vionnet crée en 2012 la Fondation Swiss Recovery Center (d’utilité publique à but non lucratif). L’année 2017 a été marquée par l’inauguration et l’exploitation de son centre de Villeneuve (VD). Dès lors, le rôle de la Fondation est de soutenir financièrement l'exploitation de Villeneuve et d'offrir des prestations d’activités physiques adaptées à l’intention de personnes paralysées atteintes de lésion de la moelle épinière. Elle prend en charge le 90% des coûts réels des entrainements proposés, impliquant la participation à hauteur de 10% de la part des bénéficiaires sous forme de forfait.

Dans un futur proche, la Fondation est désireuse de voir ses prestations amenées à une population plus vaste, pour toutes lésions neurologiques. De plus, elle reste également active dans le développement d'un centre pluridisciplinaire de plus grande envergure, qui permettra de réunir divers thérapeutes/professionnels de la santé et espérer un suivi optimal et adapté à chacun.

Composée d’un organe de révision, la Fondation est placée sous l’autorité de surveillance des fondations AS-SO. Elle se constitue d’un conseil de fondation de six membres bénévoles :

  • Yves Vionnet, président-fondateur
  • Sacha Borri, vice-président
  • Lionel Bezençon, membre
  • Baptiste Delalay, membre
  • Patrick Delarive, membre (2020)
  • Michel Héritier, membre
Origine du projet

" Le 10 avril 2004, je deviens tétraplégique suite à un accident de snowboard. Après une hospitalisation, je me retrouve au Centre Suisse des Paraplégiques de Nottwil pour une réhabilitation de 7 mois, une étape indispensable pour les blessé-e-s médullaires.

Cette phase importante terminée, je rentre chez moi avec des complications — physiques, psychologiques et sociales — dues à la lésion. Avant même d’apprendre à vivre en chaise roulante, je me demande déjà comment je vais pouvoir récupérer certaines de mes capacités physiques.

Débute alors une quête à travers le monde afin de trouver des solutions pouvant améliorer ma santé. Cette aventure me mène dans un centre spécialisé aux États-Unis où, durant 6 mois, je poursuis un entraînement basé sur la réactivation de l’ensemble du corps. Les exercices debout et la stimulation du système nerveux me permettent d’améliorer sensiblement mon état de santé général.

De retour en Suisse, je décide de continuer ces entraînements et je transmets mon savoir et mon expérience à un étudiant de l’Université de Lausanne, spécialisé en activités physiques adaptées. La pratique d’une activité physique régulière me permet de gagner en indépendance : je peux désormais vivre seul, conduire et pratiquer mes activités personnelles.

Pour que mon expérience puisse profiter à d’autres, nous développons, avec l’aide de mon équipe, une philosophie et une méthodologie d’entraînement — baptisée SPRALT — dont l’objectif est d’améliorer la santé des para- et tétraplégiques à long terme. Le projet Swiss Recovery Center naît en 2010 dans ce but. "

Yves Vionnet

L'avenir

  • #SRC
  • #projet
  • #recherche

L’exploitation

Le succès de ces trois années d’exploitation du centre Swiss Recovery Center à Villeneuve est indéniable :

  • 10 participants s’entrainent régulièrement, contre 4 au début.
  • Plus d’une dizaine de personnes sont en attente de prestations.
  • L’évidence des bienfaits physiques et psychiques ressentis ainsi que les changements dans le quotidien des participants.
  • Une méthodologie de travail en plein développement, qui s’ouvre petit à petit vers d’une population atteinte de lésions neurologiques.

En 2019, le Conseil Fédéral a accepté un postulat émis par M. Philippe Nantermod et cosigné par Mme Rebecca Ruiz en faveur du Swiss Recovery Center. C’est une nouvelle extrêmement réjouissante qui signifie que, dans un futur, le travail mené auprès des blessé- e-s médullaires pourrait être remboursé par les assurances accidents/maladies. Dès lors, une étude d’envergure nationale est prévue pour 2021. Présentée à l’Office Fédéral de la Santé Publique, elle devra démontrer les effets bénéfiques de la méthode d’entrainement SPRALT.

Ambitions

Notre vision pour l’avenir prévoit le développement d’un centre de plus grande capacité sur l’arc lémanique. Il pourra accueillir les personnes paralysées, quelles que soient leurs lésions neurologiques, à la sortie de leur réhabilitation puis celles-ci rejoindront des centres satellites proches de chez elles. L’objectif étant de pallier le manque de structures qui suivent la phase de réhabilitation auquel sont aujourd’hui confrontés les blessés médullaires et les personnes souffrant d’une lésion neurologique dans notre pays. Ce futur centre lémanique se verra réunir différentes compétences multidisciplinaires offrant différentes thérapies (physiothérapie, wellness, nutrition, etc.) et disposera également d’une unité de formation continue.
Les collaborations avec les différents acteurs de la recherche sur la moelle épinière y seront intensifiées. Le but étant la poursuite de la recherche sur la promotion du mouvement et de l'activité physique pour les personnes atteitnes d'une lésion de la moelle épinière.

Afin que chose soit faite, il est temps de communiquer plus largement sur l’existence du Centre et de trouver des soutiens durables et stables pour son bon fonctionnement. Compte tenu des moyens actuels (dimensions du local, matériels à disposition et ressources humaines) et du budget pour le moment réduit à son strict minimum, la stabilité du centre est fragilisée, et la recherche de fonds reste notre priorité pour continuer à accueillir ses participants dans les meilleures conditions. Sans un tel support, le risque est de voir réduit à néant les prestations et désirs de bénéficier d’un suivi post-réhabilitation à long terme pour les personnes neurologiquement lésées.

Recherche

Désireux de soutenir la recherche sur la paraplégie, le SRC entretient des contacts avec plusieurs chercheurs actifs dans ce domaine. Un comité scientifique a ainsi été créé en 2019.

Suite à l'acceptation du postulat sur les avantages d'un suivi post-réhabilitation, le comité scientifique du Swiss Recovery Center a aujourd’hui pour mission de mettre en place une étude d’envergure au sein du centre, afin observer les répercussions bio-psycho-sociales d’un entraînement adapté sur les personnes atteintes de lésions médullaires. Son but est de démontrer l’efficacité de la méthode SPRALT et la nécessité d’une prise en charge des prestations du centre par les assurances LAA et LaMal.

Actuellement, les chercheurs ont rarement accès à des personnes qui bénéfice d’un entrainement adapté. Le centre constituera un laboratoire dynamique, vivant, leur permettant d’accéder de manière inédite et en temps réel à l’observation des résultats obtenus par les bénéficiaires du programme d’entrainement prôné au Swiss Recovery Center.

Le Swiss Recovery Center tend à être une structure unique qui désire réunir une méthode d’activités physiques adaptées et un centre de recherche, pensé afin de permettre une collaboration centralisée dont l’objectif sera de fournir une solution et une aide universelle.

Partenaires

Sponsors