Quoi de neuf ?

Swiss Recovery Center

Merci pour votre soutien !

Rien ne serait possible sans vous, les donateurs ! Vous qui avez participé ou qui participez régulièrement par un don […]

lire la suite
Swiss Recovery Center Logo Porte

Une année d’exploitation !

Le 16 janvier 2018, nous avons célébré la première année d’exploitation du centre pilote à Villeneuve. Nous avons démarré avec […]

lire la suite

Le centre pilote

  • #lésionmédullaire
  • #SRCpilote
  • #activitéphysiqueadaptée

Que se passe-t-il à la sortie de l’hôpital lorsque la réhabilitation touche à son terme ? C’est précisément à ce moment crucial que le Swiss Recovery Center entre en jeu.

En Suisse, chaque année, 200 nouveaux cas de personnes paralysées sont recensés. Après une lésion de la moelle épinière, la réhabilitation constitue une suite normale et nécessaire pour s’habituer à cette nouvelle condition de vie. Ce programme, d’une
durée de 6 à 12 mois, apprend à vivre en chaise roulante et se concentre sur la récupération musculaire des membres non paralysés. Cette phase terminée, une procédure de soins médicaux assistés est alors mise en place au domicile du patient. Malheureusement,
cette prise en charge n’inclut pas d’activité physique régulière, ni suffisante. En effet, être atteint de lésion médullaire signifie être assis en fauteuil roulant en moyenne 15 heures par jour avec une mobilité extrêmement restreinte. L’immobilité
presque permanente vient diminuer la capacité physique restante et accentue les complications secondaires de la lésion (infections urinaires, escarres, problèmes d’organes, problèmes circulatoires, etc.). C’est à ce moment précis que le Centre Pilote
Swiss Recovery Center propose un Suivi Post-Réhabilitation À Long Terme (SPRALT) qui offre une quantité suffisante d’activité physique et favorise l’autonomie au quotidien.


 

SPRALT ?

Le SPRALT (Suivi Post-Réhabilitation À Long Terme) concerne la remise en activité de l’ensemble du corps, y compris les membres paralysés, afin d’assurer un minimum d’activité corporelle requise pour stimuler les différentes fonctions de l’organisme et diminuer les effets secondaires. L’inactivité physique et les complications de santé consécutives à la lésion sont accentuées par la position assise quotidienne dans la chaise roulante. Afin d’améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de lésion de la moelle épinière, les récentes recommandations* ont montré la nécessité de multiplier les entraînements hebdomadaires sur le long terme.

*Selon les récentes recommandations en 2017 de l’ESSA (Exercise & Sports Science Australia) spécifiques aux personnes lésées médullaires, un minimum d’activité physique de 2 fois 20 minutes par semaine doit être atteint pour sortir de la sédentarité profonde. Mais pour être en bonne santé il faut viser au moins 5 fois 30 minutes réparties dans la semaine. Une recommandation selon le niveau d’activité des participants (débutant, intermédiaire, avancé) peut être établie en partant du principe que les débutants (sans aucune activité corporelle à côté des entraînements) doivent arriver au minimum de 150 minutes/semaine.

Diminution

  • Problème de santé
  • Médication
  • Risques d’escarres
  • Douleurs
  • Isolation sociale

Amélioration

  • Sensibilité et motricité
  • Activité du système nerveux central
  • Indépendance au quotidien
  • Force et masse musculaire
  • Densité osseuse
  • Contrôle des mouvements exicstants
  • Système respiratoire
  • Qualité de vie

Présentation du Centre Pilote

C’est quoi ?

  • Des entraînements adaptés aux besoins de chaque participant
  • Deux entraineurs encadrent l’entrainement et la sécurité d’un participant
  • Trois heures consécutives au maximum (comprenant le temps d’installation, les récupérations et discussions)
  • Les lundis, mercredis ou vendredis
  • Deux ou trois fois par semaine
  • Mobilisation de l’ensemble du corps et stimulation du système nerveux central
  • Des conseils personnalisés en activités physiques à mettre en place par les participants dans leur quotidien

C’est où ?

  • Dans un local de 100m2
  • Route de Chavalon 78C, 1844 Villeneuve (VD)

Qui participe ?

  • Six personnes en fauteuil roulant avec différents types de lésions médullaires

Avec qui?

  • Cinq professionnel(le)s et six stagiaires en Activités Physiques Adaptées (APA) bénévoles, en partenariat avec l’Institut des Sciences du Sport de l’Université de Lausanne

Avec quoi ?

Tout le matériel nécessaire pour des entraînements spécifiques aux blessé(e)s médullaires :

Tables de travail – Standing – Couloirs de marche – Déambulateurs – Barres parallèles – Giger – GBY (Go By Yourself) – etc.

Comment participer :

Pour participer, n’hésitez pas à nous contacter à info@swissrecoverycenter.ch afin de planifier une séance d’essai offerte au sein du Centre Pilote.

Si vous êtes convaincus lors de votre visite, deux formules d’entrainement sont possibles :

  • 2 séances par semaine
  • 3 séances par semaine

(Pour l’instant, entrainements non pris en charge par les assurances)

La fondation

  • #fondationSRC
  • #donationSRC

Afin de mener son projet à bien, Yves Vionnet crée en 2012 la Fondation Swiss Recovery Center (d’utilité publique à but non lucratif et exonérée fiscalement). Son rôle est de soutenir financièrement l’activité et les frais du Centre Pilote actuel, ainsi que de développer le futur centre de plus grande envergure, le SWISS RECOVERY CENTER. Le but de ces derniers est d’offrir des prestations d’activités physiques adaptées à l’intention de personnes paralysées atteintes de lésion de la moelle épinière.

L’année 2017 a été marquée par l’inauguration et l’exploitation de son Centre Pilote à Villeneuve (VD). Un programme d’entrainements personnalisés continue d’être proposé aux divers participants qui en ressentent un réel bénéfice pour leur santé et leur qualité de vie.

La fondation se constitue d’un conseil de fondation de six membres bénévoles :

  • Yves Vionnet, président-fondateur
  • Sacha Borri, vice-président
  • Michel Héritier
  • Christophe Gutknecht
  • Lionel Bezençon
  • Baptiste Delalay

Composée d’un organe de révision, elle est placée sous la surveillance de l’autorité de surveillance des fondations AS-SO.

Origine du projet

Le 10 avril 2004, un accident de snowboard laisse Yves tétraplégique. Après une hospitalisation au CHUV (Centre Hospitalier Universitaire Vaudois), il suivra une réhabilitation classique de sept mois au Centre Suisse des Paraplégiques de Nottwil (LU). Très vite, il se rend compte que le programme de réhabilitation est une étape sur le court terme et qu’il faudra trouver des solutions pour entretenir et améliorer sa qualité de vie sur le long terme.

Dès sa sortie de l’hôpital, il commence alors un long périple vers la récupération de certaines fonctions motrices et une meilleure qualité de vie. Parcourant de nombreux pays et entreprenant une multitude de thérapies, il partira pour un séjour de six mois à Détroit (États-Unis, 2008) dans un centre de récupération spécialisé dans les lésions médullaires. C’est là qu’il retrouvera l’usage des premières fonctions motrices de certains muscles disparus.

Grâce à la méthode unique proposée par ce centre, Yves récupère des fonctions insoupçonnées et constate de nombreux changements positifs, dont la diminution du besoin de médication et l’augmentation de la mobilité de ses membres supérieurs.

Dès son retour en Suisse, Yves engage des étudiants dans le but de continuer à exercer de tels entrainements inspirés des États-Unis. Il les reçoit pour des séminaires d’intervention et de stages annuels avec pour objectif de les initier à cette méthodologie innovante.

Il aura alors l’occasion de soutenir d’autres personnes paralysées en les aidant à mettre en place des entrainements adaptés et individualisés. Chacun n’ayant pas la place ni le matériel à disposition, l’idée d’un centre ne se fait plus attendre.

Aujourd’hui, grâce à son séjour au centre de récupération de Détroit et avec le soutien de ses proches, Yves vit seul, voyage, conduit, fait du sport (plongée, mountain bike, etc.), joue du lap steel (guitare horizontale) pour ne citer que quelques unes de ses fonctions retrouvées.

Pourquoi se rendre en chaise roulante jusqu’aux États-Unis pour espérer une vie meilleure ?

L'avenir

  • #SRC
  • #projet
  • #recherche

Le SWISS RECOVERY CENTER

Le succès de cette première année de fonctionnement du Centre Pilote est indéniable : le nombre de participants a augmenté de 4 à 6 à la fin de l’année 2017 et ces derniers ne tarissent pas d’éloge sur le programme d’activités physiques adaptées qui leur est proposé. Les participants ont clairement évoqué les bienfaits physiques et psychiques rapidement ressentis et les changements dans leur quotidien. Si les finances le permettent, ce groupe de personnes lésées médullaire poursuivra ses entrainements sur le site de Villeneuve durant l’année 2018 avec l’équipe d’entraineurs présente depuis le lancement du Centre Pilote. Cette équipe soudée, expérimentée et à l’écoute des participants reste persuadée de la pertinence et de l’avenir de ce suivi post-réhabilitation.

L’enjeu de cette nouvelle année d’exploitation est clair :

  • Préparer le développement d’un centre plus spacieux dès 2020 en réunissant des compétences multidisciplinaires
  • Mieux intégrer les collaborations scientifiques existantes et à venir pour poursuivre les recherches sur la promotion du mouvement et de l’activité physique pour les personnes atteintes d’une lésion de la moelle épinière.

Afin que chose soit faite, il est temps de communiquer plus largement sur l’existence du Centre Pilote et de trouver des soutiens durables et stables pour son bon fonctionnement. Compte tenu des moyens actuels (dimensions du local, matériels à disposition et ressources humaines) et du budget pour le moment réduit à son strict minimum, la stabilité du centre est fragilisée, et la recherche de fonds reste une priorité pour continuer à accueillir ses participants dans les meilleures conditions. Sans un tel support, le risque est de voir réduit à néant les espoirs des nombreuses personnes et familles en Suisse, qui désire bénéficier d’un tel programme d’activités physiques adaptées.

La recherche

À ce jour, la dispersion et le manque de coordination des projets de recherche sur la moelle épinière répartis dans le monde les rendent fragiles et éphémères. L’objectif du projet est donc de réunir au même endroit, chercheurs et personnes paralysées. C’est pourquoi un département de recherche sur les lésions médullaires, organisé et supervisé par un comité scientifique, sera créé au sein même du projet final : le Swiss Recovery Center.

Ce département coordonnera des programmes internationaux de recherche prometteurs, développera des études sur les différents aspects de la récupération et procèdera aux évaluations ponctuelles des clients et aux adaptations continues de la méthodologie.

Actuellement, les chercheurs ont rarement accès à des personnes qui bénéfice d’un entrainement adapté. Le centre constituera un laboratoire dynamique, vivant leur permettant d’accéder de manière inédite et en temps réel à l’observation des résultats obtenus par les bénéficiaires du programme d’entrainement.

Le Swiss Recovery Center tend à être le premier exemple d’une structure qui désire réunir une méthode d’activités physiques adaptées et centre de recherche, pensé afin de permettre une collaboration centralisée dont l’objectif sera de fournir une solution et une aide universelle.

Nous contacter

Swiss Recovery Center
Route de Chavalon 78C
1844 Villeneuve VD

info@swissrecoverycenter.ch

Partenaires

Sponsors